L’OCDE milite pour un allongement de la vie active

Dans un rapport rendu public le 30 août 2019, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui réunit 36 pays développés, alerte sur l’importance de trouver des débouchés pour les seniors. Alors que la part des plus de 50 ans devrait augmenter de 40% d’ici à 2050 et que le nombre de retraités devrait dépasser celui des actifs à cet horizon en Italie, en Grèce et en Pologne, l’OCDE estime que les pouvoirs publics doivent favoriser l’allongement de la vie professionnelle.

 

Avec seulement 52,2% de taux d’emploi chez les 55-64 ans, la France se situe largement en deçà de la moyenne de l’OCDE (60,8%). L’institution, dont le siège se situe au château de la Muette dans le 16ème arrondissement de Paris, préconise un recul de l’âge minimum de départ à la retraite dans l’Hexagone, ainsi qu’une amélioration des conditions de cumul d’une pension et d’un revenu d’activité et une lutte plus active contre les discriminations à l’emploi liées à l’âge.

 

 

TSLR

Publication du 25 Septembre 2019